Business & entreprise

Limitation des effets néfastes de la digitalisation sur l’environnement

2 Mins read

Face aux effets néfastes engendrés par l’entrée de la digitalisation sur l’environnement, il est utile d’encourager les utilisateurs, particuliers comme professionnels, d’agir en conséquence afin de limiter les conséquences négatives de l’usage des technologies digitales. Des agences de production marketing sont disponibles à cet effet.

Le numérique et la pollution

L’usage des ressources technologiques est particulièrement apprécié au niveau des entreprises. En effet, elles permettent d’augmenter la performance de l’organisation et de limiter la lourdeur de certaines tâches. Les appareils numériques sont également très prisés au niveau des ménages.

Toutefois, ces appareils ont des conséquences néfastes sur l’environnement. Au niveau international, près de 5 % des gaz à effets de serre sont produits par l’usage des ressources digitales. Sans oublier le carbone émis par les outils du big data et d’Internet, qui est généré par l’utilisation de l’électricité. Les effets polluants de la digitalisation vont d’autant plus augmenter à cause de l’utilisation massive des appareils technologiques au quotidien.

La vérification des éléments polluants utilisés par différents acteurs

Afin de limiter et de gérer efficacement les effets polluants créés par les appareils numériques, des stratégies peuvent être mises en place. Des mesures peuvent accompagner ces stratégies. Il est, en effet, utile de mettre en place une mesure relative à l’impact écologique du numérique pour tous les acteurs qui usent beaucoup des outils numériques.

Les médias peuvent par exemple quantifier le niveau d’empreinte carbone généré par leurs activités si on leur fournissait les outils nécessaires. Ces outils peuvent s’ajouter aux plateformes de print management qui sont présentes aux niveaux de certains utilisateurs du secteur. La réalisation de cet outil de quantification peut alors faire partie des démarches de vérification. Sur Internet, on peut également trouver des outils efficaces à la vérification des impacts polluants de la digitalisation, comme Google PageSpeed Insights. Cet outil permet de limiter les conséquences écologiques du numérique grâce à l’optimisation des performances des pages Internet.

L’éducation des utilisateurs

Il n’est pas vraiment nécessaire d’instaurer des outils de vérification d’impact écologique des technologies si les utilisateurs ne prennent pas le temps de les adopter. Il est ainsi utile de procéder à l’éducation de ces usagers à l’aide de formations. Ces dernières sont accessibles au sein des grandes écoles spécialisées.

Les acteurs et les fournisseurs en communication doivent être sensibilisés. Il est par exemple nécessaire pour les propriétaires de sites d’opter pour des images et des pages avec chargement rapide. La lecture automatique des vidéos peut être désactivée au niveau des internautes.